Zvg labor
retour à l'aperçu

Le béton bas carbone absorbe le CO₂

environnement Communiqué de presse énergie matériau visionnaire lundi 15 mai 2023

Le bilan climatique du béton traditionnel est très mauvais. Pour autant, ce matériau de construction est indispensable au secteur du bâtiment. C’est pourquoi les ingénieurs cherchent des alternatives à faible taux d’émissions et les utilisent déjà. Une de ces alternatives est le béton climatiquement neutre, développé par un groupe de recherche autour de la Prof. Simone Stürwald à la Fachhochschule OST (Haute école spécialisée de Suisse orientale) à Rapperswil. Grâce au charbon végétal, ce béton neutralise autant de CO2 qu’il en émet lors de sa fabrication.

Depuis la Rome antique, le béton est un matériau de construction essentiel pour les éléments et les structures porteuses de bâtiments et d’infrastructures. Il est particulièrement robuste; ses composants sont disponibles dans le monde entier et sont peu onéreux. Il est également facile à utiliser, résistant au feu et insonorisant. Cependant, lors de la fabrication, un de ses composants, le ciment, provoque des émissions de CO2 très élevées.

Béton climatiquement neutre utilisé sur le chantier pour une Suisse plus durable. Nouvelle recette de béton: moins de ciment, plus de charbon végétal! màd Logbau/mattiasnutt

Émission de CO2 élevée lors de la fabrication du ciment

Le béton est en principe composé de ciment, de granulats et d’eau. La principale cause des émissions est la production du ciment. «Lors d’un processus de combustion d’environ 1 500 °C, du CO2 stocké dans le calcaire est libéré», explique l’ingénieure du génie civil et chercheuse Simone Stürwald. Elle est professeure à la Fachhochschule OST à Rapperswil, où elle est à la tête du groupe de recherche Construction durable. C’est pourquoi un des objectifs principaux pour un meilleur bilan climatique est de rendre le matériau de construction qu’est le béton plus durable.

Viaduc de Landwasser : le béton est un matériau de construction important pour presque toutes les infrastructures. màd suisse.ing

Béton et charbon végétal = stabilité!
Le groupe a développé un béton climatiquement neutre avec des granulats recyclés et l’ajout de charbon végétal qui compense les émissions de CO2 du ciment. Ce béton a les mêmes propriétés de performance que le béton traditionnel. Si, à l’avenir, on peut encore augmenter la part du charbon végétal, ce matériau auparavant nocif pour le climat neutralisera même plus de CO2 qu’il n’en produit.

Voici comment ça fonctionne: le charbon végétal stocke du CO2. Plus il y en a dans le béton, plus il est durable. L’ingénieure a développé un mélange qui rend le matériau de construction climatiquement neutre. Grâce à la recherche, le béton pourrait même à l’avenir compenser plus de gaz à effet de serre qu’il n’en émet. màd Logbau/mattiasnutt


Jusqu’à 30% de réduction des émissions de CO2

Le potentiel du béton bas carbone pour la protection du climat est énorme. «En réduisant la part de ciment, dans le cadre de la norme existante, nous pouvons économiser environ 10% à 15% de ciment, donc d’émissions de CO2 dans le béton; après une prochaine modification des normes, ce chiffre pourrait rapidement atteindre plus de 30% avec la technologie utilisée jusqu’ici», indique Stürwald. Toutefois, les leviers importants sur la voie du zéro émission nette en Suisse sont également une utilisation plus efficace du béton et des matériaux en général et la conception de constructions qui nécessitent moins de béton.

«Si la loi sur le climat est adoptée, elle contribuera à accélérer ces développements dans le secteur du bâtiment et à les mettre plus rapidement en pratique»


L’innovation dans la construction et les obstacles à franchir
Pour Stürwald, l’impact des ingénieurs en matière de protection du climat est énorme. Par exemple, en conservant bien les édifices existants, avec des matériaux et des constructions durables ainsi que grâce à une efficacité énergétique nettement plus élevée. «Les ingénieures et ingénieurs développent des solutions et construisent l’environnement dans lequel nous vivons.» En Suisse, de nombreuses règles garantissent une qualité élevée. C’est important, mais parfois les normes empêchent l’innovation. C’est pourquoi nous avons besoin de bonnes lois et d’investir dans de nouvelles approches: «Si la loi sur le climat est adoptée lors du vote en juin, elle contribuera à accélérer ces développements dans le secteur du bâtiment et à les mettre plus rapidement en pratique.»

Des solutions développées par de jeunes ingénieurs pour une véritable protection du climat
«Notre branche construit pour les 50 à 100 années à venir.» C’est pourquoi Simone Stürwald encourage les jeunes à apprendre par le biais de la recherche pratique et, en tant qu’ingénieures et ingénieurs, à développer des solutions au lieu de se focaliser uniquement sur les problèmes. Comme la protection du climat lui tient à cœur, Simone Stürwald veut exploiter toutes les possibilités qui s’offrent à elle dans son domaine de spécialité. Elle s’engage pour une science pratique consacrée aux constructions durables, une mise en réseau internationale de la branche, des innovations efficaces dans le secteur du bâtiment et une formation orientée vers l’avenir de ceux qui prendront la relève. Pour Stürwald, c’est vraiment son engagement professionnel en tant qu’ingénieure qui fait la grande différence.

Simone Stürwald, ingénieure et chercheuse, attache une très grande importance à la durabilité écologique et sociale. màd Simone Stürwald


Liens supplémentaires

En utilisant www.suisse-ing.ch vous acceptez l'utilisation de cookies. Protection des données.